Poursuivre le travail du grand Chavez

C’est une triste journée pour moi, mais je tenais à prendre quelques minutes pour parler de ce grand homme qui vient de nous quitter, Hugo Chavez. Ce qui me vient spontanément à l’esprit, c’est le mot respect. Chavez avait beaucoup de respect. Respect des défavorisés, respect pour notre pays, respect pour tous les opprimés du monde. Il avait une relation très spéciale avec le peuple, que ce soit le sien ou celui des autres pays.

Je me rappelle qu’il avait parlé du peuple haïtien comme d’un « peuple angélique ». Il avait un grand amour pour nous et portait une attention toute particulière à notre pays, dont il connaissait l’histoire dans ces moindres détails. Jamais il ne ratait une occasion de parler d’Alexandre Pétion et de l’aide qu’il avait apportée à Simón Bolivar lors de l’expédition des Cayes en 1816. Il était très reconnaissant de ce qu’Haïti avait fait pour son pays. Et en cette triste journée, c’est à mon tour de témoigner ma solidarité avec le Venezuela. C’est un grand leadeur que le monde vient de perdre. Hugo Chavez est parti physiquement, mais il restera avec nous dans notre âme, dans notre esprit ainsi que dans nos prières.

Et pour que son héritage vive encore longtemps, je pense qu’il nous faut continuer le travail qu’il a commencé, celui du combat pour la dignité, du combat pour la souveraineté nationale et surtout, je crois que nous devons nous inspirer de son immense respect pour les opprimés. C’est avec un douloureux mélange de tristesse et d’admiration que je dis adieu à un grand ami d’Haïti.