Le Brésil peut transformer Haïti

Je reviens tout juste d’une tournée au Brésil et les entretiens que j’ai eus là-bas me rendent très optimiste pour le futur des Haïtiennes et des Haïtiens. Le Brésil est la 6e économie mondiale et le modèle financier de son gouvernement, axé à la fois sur les programmes sociaux et l’économie de marché, est similaire à celui que l’administration Martelly / Lamothe édifie depuis un bon moment déjà. Plus encore, je pense que le Brésil est en mesure de changer profondément la situation d’Haïti à travers des partenariats économiques et politiques qui stimuleront les investissements privés.

C’est dans cet ordre d’idées que j’ai discuté de la coopération et du renforcement des liens diplomatiques entre les deux pays avec le ministre des Relations extérieures du Brésil, M. Antonio de Aguiar Patriota. Nous avons convenu de faciliter la ratification d’un accord de type « Hope-Help » entre le Brésil et Haïti, qui garantira des investissements brésiliens massifs dans le secteur textile en Haïti et qui contribuera également à créer des milliers d’emplois. Enfin, nous voulons renforcer la coopération pour la reconquête des capacités de production agricole, élément indispensable à la sécurité alimentaire.

Dans ma rencontre avec M. Marco Aurelio Garcia, conseiller spécial de la présidente Dilma Rousseff, nous nous sommes mis d’accord pour résoudre rapidement les problèmes d’énergie d’Haïti et augmenter le rythme de la reconstruction des infrastructures afin d’attirer des investisseurs brésiliens. Nous souhaitons redéfinir totalement la politique bilatérale et la réorienter vers un partenariat stratégique basé sur la coopération, le commerce et les investissements. Nous avons également discuté du retrait progressif de la Minustah, du renforcement de la Police nationale d’Haïti et du soutien du Brésil au projet hydroélectrique Artibonite 4C.

Ensuite, j’ai eu une rencontre extrêmement positive avec les représentants de l’Association brésilienne de l’industrie textile. La raison est bien simple : Haïti pourrait devenir une plateforme prometteuse pour cette industrie. Plusieurs dirigeants de grandes entreprises se sont montrés très intéressés par les opportunités d’investissements qui fleurissent présentement dans notre pays. J’ai la profonde conviction que l’essor de notre pays passe par l’investissement privé et j’ai bien fait comprendre aux Brésiliens que le contexte économique et politique actuel est favorable autant pour eux que pour le peuple haïtien. Grâce à la loi Hope, qui permet aux vêtements en provenance d’Haïti d’entrer aux États-Unis en franchise de droits (duty-free), notre pays pourrait devenir une plateforme d’exportation pour les Brésiliens, qui feraient produire et assembler leurs vêtements chez nous. C’est ce genre d’initiative qui nous permettra de créer de l’emploi tout en favorisant un retour sur investissements aux entrepreneurs étrangers.

Mais l’intérêt du Brésil pour Haïti ne réside pas seulement dans le secteur du textile. Haïti est ouvert à tout type d’investissements. Nous pouvons aussi nous entendre pour créer des partenariats en vue de la construction des infrastructures haïtiennes. C’est précisément de cela qu’il fut question lors de mes rencontres avec les présidents des compagnies Odebrecht et BrasilInvest.

De même, c’est en vue de stimuler l’industrie touristique que la ligne aérienne brésilienne GOL sera bientôt en Haïti pour explorer cette opportunité de coopération. Nous souhaitons ardemment que celle-ci offre des vols directs vers Haïti pour certaines villes de la diaspora comme Orlando, par exemple. En bref, Haïti représente désormais un incontournable pour toute entreprise souhaitant prendre de l’expansion dans le marché des Caraïbes. D’ailleurs, dès juillet, une mission brésilienne de 8 entreprises visitera Haïti.

Il est terminé le temps où l’aide extérieure en Haïti prenait la forme de la charité. Désormais, on parle de partenariats stratégiques dans lesquels les investisseurs aident le peuple haïtien en créant de l’emploi, tout en ayant la possibilité de faire un certain profit. C’est une situation « gagnant-gagnant ». Et à travers celle-ci, Haïti peut retrouver sa dignité et cesser de dépendre d’une aide pour laquelle il est très reconnaissant, mais de laquelle il doit se détacher pour avancer.

Le Brésil, par son économie qui place le bien-être du peuple au cœur de son modèle financier, est un partenaire idéal pour Haïti. Ce court voyage met en relief les ententes harmonieuses entre les deux pays. Les relations diplomatiques bilatérales et la coopération avec le Brésil sont excellentes. Et le meilleur reste à venir!