La lutte contre la corruption en Haïti continue

Bribery_ULCC

Comme à l’habitude, les dernières semaines ont été très chargées, à tel point que je n’ai pas pu vous écrire sur mon blogue depuis déjà un mois! Beaucoup de choses se sont passées.

Une autre façon de suivre mes activités est maintenant disponible : le IBook. Peut-être avez-vous téléchargé celui du mois d’août? Il donne une bonne idée de ce qu’est le travail de premier ministre. 200 pages de courts textes et de photos! L’élaboration de celui du mois de septembre est déjà en cours.

Après une semaine à New York dans le cadre de rencontres avec les Nations Unies, je suis allé au Venezuela lundi pour y discuter avec les dignitaires de la participation d’Haïti à  la Zone économique PetroCaribe (ZEP).

J’ai pu faire part de notre intérêt d’acquérir de nouveaux produits tels le mazout et l’asphalte dans le but de doter la population haïtienne de nouvelles infrastructures routières.

Plus encore, le Venezuela a promis 4400 logements au Gouvernement haïtien, et il décaissera 10 millions de dollars américains pour financer  la construction de l’Aéroport international du Cap-Haïtien. Enfin, une enveloppe de 10 millions de dollars a été mise à la disposition de l’État haïtien pour alphabétiser environ 1 million de citoyens.

Ce fut un voyage très bénéfique pour notre pays. J’y retournerai le 18 octobre prochain pour finaliser les ententes. Si vous en avez la chance, vous pouvez écouter sur mon compte Soundcloud l’intégral de la conférence de presse pour plus de détails sur ma visite là-bas.

La Commission anticorruption

Cette semaine, j’ai aussi participé à une importante réunion sur la Commission anticorruption pour m’enquérir de l’état d’avancement de plusieurs dossiers, notamment le redéploiement des Brigades anticorruption, le renforcement des structures de sécurité et de contrôle du port de Belladere, le contrôle de la contrebande au Lac Azuei et les opérations de recouvrement forcé.

Quoique je sois satisfait des actions de la lutte contre la corruption, je crois que nous devons encore augmenter la pression sur les contrebandiers. Oui, plusieurs gestes sont posés, mais je remarque une tendance à n’arrêter que les petits criminels, par exemple certains chauffeurs de camions. Le but de notre combat contre la corruption n’est pas de livrer une guerre sans fin aux chauffeurs de camions, qui ne sont qu’un petit maillon de la chaine de la criminalité.

Qui sont les propriétaires de ces camions? Qui sont les acheteurs et les vendeurs de ces marchandises? La lutte à la contrebande n’est pas chose facile. Nous avons peu de moyens et même la réparation et l’achat de bateaux pour la patrouille sur le lac Azuei représente parfois un vrai casse-tête pour certains techniciens du gouvernement.

La situation est complexe mais nous faisons le maximum pour vaincre ce fléau.

Mon travail est d’assurer un suivi rigoureux sur l’exécution de toutes les actions du Gouvernement, dans les moindres détails. Je serai d’ailleurs sur les rives du lac Azuei pour l’inauguration officielle de nouveaux bateaux de patrouille et d’intervention à la fin novembre.

Notre travail porte fruit, mais la tâche reste encore très grande. En attendant, il est agréable de constater que la communauté internationale reconnait que nous avons fait des progrès sans précédent en matière de lutte contre la corruption, comme en a témoigné le Département d’État américain tout récemment