La constitution d’un fonds stratégique pour financer le développement national : un pas important à faire dans la bonne direction.

Comme je le répète souvent, le développement est un acte citoyen. En tant que premier ministre désigné, je crois fermement dans le processus de développement de mon pays. Comme ministre des affaires étrangères, j’ai appliqué le concept de la diplomatie d’affaires. Comme premier ministre désigné, j’entends me mettre au travail immédiatement pour mieux m’acquitter de l’importante responsabilité que les autorités élues veulent me confier. À 39 ans, je veux relever lever un nouveau défi pour Haïti: trouver des moyens innovateurs pour financer le développement national en évitant les tracasseries interminables des bailleurs traditionnels.

Pour y arriver, je veux faire de la finance un instrument de dialogue avec l’avenir de la nation. Ayant une vision de gestionnaire et un esprit compétitif, je tiens beaucoup à ce que mon pays aille de l’avant! Je crois que le pays a besoin de cette source d’énergie inestimable : celle des hommes et des femmes qui travaillent à la sueur de leur front! La source de la création de la richesse, c’est le travail. J’y crois fermement. Mais pour qu’on puisse créer de la richesse, il faut avoir des moyens humains, matériels et financiers. C’est par la conjonction de ces moyens qu’un pays se développe. Je le répète : j’y crois de tout mon coeur !

Je travaille afin que les jeunes et les pères de familles puissent eux aussi se mettre au travail en occupant une activité créatrice de revenu. J’aimerais développer l’investissement privé et financer les grands travaux publics. Pour cela, je pense qu’il faut une nouvelle stratégie de financement du développement.

En effet, depuis plusieurs décennies, le pays fait face au difficile problème du financement du développement. Après l’échec de la BNDAI, la politique gouvernementale a paralysé les actions vouées à créer des moyens innovateurs dans ce domaine. À mes yeux, l’échec de la BNDAI doit servir de leçon. Comme vous m’avez souvent entendu le dire, le pays doit trouver des moyens innovants pour financer son développement!

Aujourd’hui, face aux difficultés auxquelles se trouvent les entreprises haïtiennes et pour animer le tissu économique, j’estime nécessaire de faire appel à une équipe de techniciens pour travailler en vue de la constitution d’un fonds stratégique afin d’assurer le financement du développement du pays. Mon expérience du monde de la finance me laisse croire qu’il faut une stratégie réaliste afin d’assurer le financement du développement économique du pays. Comme l’ont fait certains pays en développement, par exemple le Mali, je veux déployer tous les efforts pour trouver des financements afin de dynamiser l’économie du pays. J’entends mobiliser l’épargne intérieure et faire appel aux capitaux externes pour rendre viables les activités du fonds stratégique haïtien.

Le fonds stratégique haïtien, du fait de son objectif intrinsèquement tourné vers le développement, participera à la lutte contre la pauvreté en vue d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. Le fonds va agir sur les différentes variables explicatives de la pauvreté : emploi, agriculture, microcrédit, énergie renouvelable, environnement, eau, logement, etc.

Emploi

À l’aide du financement des activités d’entreprises porteuses des projets générateurs d’emplois dans les zones défavorisées, le fonds contribuera à réduire la pauvreté en créant des emplois dans des secteurs productifs.

Agriculture

C’est une activité qui emploie 60% de la population active en Haïti. Bien que participant à hauteur de 25% du PIB, l’agriculture, comme vecteur de la croissance, est négligée depuis trois décennies. Qu’est-ce qui explique cette négligence? L’exode rural, la bidonvilisation accélérée du pays, la détérioration des ressources collectives en milieu urbain et la violence dans les quartiers populaires. Sans la paix et la nourriture, il n’y aura pas de progrès. Le fonds financera les projets agricoles. Celui-ci contribuera au renforcement des capacités des petits exploitants agricoles par des appuis soutenus en vue de faciliter leur accès aux intrants notamment l’engrais, les fertilisants, les insecticides, les semences améliorées, le matériel végétal, les pompes et les stations de pompage de l’eau, les canaux d’irrigation, etc. Le fonds donnera un accès aisé et sécurisé aux agriculteurs à travers son bureau de crédit rural. Il fournira aux producteurs des informations relatives à l’évolution des prix des produits agricoles sur le marché national et international. Elle offrira aux producteurs des possibilités de connexion efficace aux réseaux et aux circuits mondiaux de distribution et de commercialisation. Les investissements dans le monde rural doivent permettre aux ménages ruraux et les exploitants agricoles de participer à l’économie, de moderniser l’agriculture grâce à l’actualisation des études disponibles et à la vulgarisation des résultats des études nouvelles, de maîtriser l’eau, d’assurer une culture attelée et mécanisée, et enfin, ils doivent permettre de réaliser des grands aménagements agricoles avec ouvrages d’œuvre pour la régulation de l’eau.

Microcrédit et égalité

Outre le financement des petits projets et le financement des toutes petites entreprises (TPE) et les PME de transformation des produits agricoles, le crédit du fonds vise le développement de l’autonomie des femmes et l’égalité des genres. En fournissant du crédit aux femmes rurales impliquées dans la commercialisation des produits et denrées agricoles, le fonds vise la réduction de la pauvreté.

Énergie renouvelable

Le remplacement du charbon de bois comme principale source d’énergie pour la cuisson des familles sera une priorité du fonds. Dans la stratégie de développement durable, le fonds, avec l’appui de ses partenaires multilatéraux et bilatéraux, aidera les familles à s’équiper de réchauds améliorés et de sources d’énergies différentes que le bois et le charbon. Le fonds financera également des projets d’électrification des zones rurales.

Environnement

La croissance durable est une croissance qui prend en compte la dimension environnementale de la richesse. Le fonds financera les projets environnementaux non seulement pour assurer la santé de la population économiquement viable mais également pour assurer la pérennité de la croissance. Les investissements consentis ne seront pas durables si l’environnement continue à se détériorer. La lutte contre la désertification et le changement climatique ne sera pas laissée pour compte. La promotion d’une économie environnementale sera l’une des priorités du fonds. En ce sens, il soutiendra les exploitants et les producteurs des alimentations biologiques. Avec l’appui de ses partenaires internationaux, le fonds accordera une importance aux projets visant à accroître les superficies boisées pour participer à la création des puits de carbone et aider ainsi à augmenter le potentiel de séquestration dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention de Copenhague sur le changement climatique. Le fonds va aussi encourager, dans le cadre des projets spécifiques appuyés par les fonds multilatéraux, les projets d’atténuation des effets de gaz à effet de serre; il financera les entreprises spécialisées dans les énergies propres.

Eau

Le fonds va appuyer et financer les projets pour une gestion durable des équipements d’hydraulique rurale et le système d’adduction d’eau potable.

Logement

Le logement est à la fois un instrument de promotion sociale et un investissement économique. Quand le BTP va, tout va. Le financement des projets de logement respectant les normes de construction et notamment les normes parasismiques sera assuré par le fonds.

Partenariat

Un partenariat mondial pour le développement peut aider le fonds à trouver des sources d’investissement pour financer les activités de lutte contre la pauvreté en milieu rural. Dans ce sens, le fonds développera des stratégies pour impliquer les fondations, les gouvernements étrangers et les mécènes dans le financement des projets à impacts sociaux et générateurs de revenus tout en assurant la promotion du développement durable. Le financement interne du développement et la lutte contre la pauvreté exigent la mobilisation de ressources externes et des financements innovants moins contraignants. En ce sens, le fonds stratégique haïtien déploiera ses efforts pour obtenir les financements éthiques, de la solidarité et des partenariats avec les institutions financières internationales engagées dans la lutte contre la pauvreté.

J’espère que ce billet vous a permis de mieux comprendre les réalisations importantes que je compte réaliser pour le développement national à travers l’établissement de ce fonds stratégique. Maintenant, ensemble, continuons à travailler pour relever le pays!


2 Responses to “La constitution d’un fonds stratégique pour financer le développement national : un pas important à faire dans la bonne direction.”

  1. Comme suggestion: Encourager le developpement rural a travers la creation de societes anonymes regionales. Par example, nous avons fonde le Ile-a-Vache Development Group et avons cree une petit hotel (The Vacation Village), http://www.thevacationvillage.com, un boulanger, banque communautaire, une ecole (www.ecoleduvillage.org). Tout cela a Ile-a-Vache. Il nous faut un secteur prive au milieu rural. Meme en matiere d’education, il nous faut encourager une formation local, nous avons meme crit un livre “Mwen Renmen Ile-a-Vache” pour les enfant de l’ile. Les Haitiens ont tendance a etre regionaliste plus que d’etre nationaliste.
    Combiner ce fond avec les fonds venant de la Diaspora et d’autres investisseurs pour faciliter la tache.

  2. Stephanie says:

    Es muy padre leerlo Mr Laurent y de repente me paro y me pregunto hasta cuando leer algo sobre la salud se supone que un país equilibrado, en vía de desarrollo es cuando sus políticas de salud están con un sistema sustentable y que el gobierno aporta aunque que sea un mínimo el 10% de su PIB a la población con unas políticas de salud en relación con todo lo que ud. menciono economía estable con trabajo para su población, también proyectos de vivienda, agua, agricultura y etc. Haití es un país de ONG todos lo sabemos pero ver que que la MSPP que es el ministerio de salud no lleva en mano las riendas en el país casi hace llorar no es ser sentimental pero creo que ya nuestro gobierno se tiene que mover y poner en plazo ya un proyecto de reforma encaminando a todo lo que ud menciono. Especialistas en salud sobran en el país especialistas en salud publica hay un motón pero duele ver como por ejemplo con la epidemia de cólera tuvieron que mandar por especialistas de fuera para detectar el origen de tal suceso o que de repente hospitales construidos sin control mientras que la ONU acaba de publicar salud para todos en HAITÍ sin que halla centros de salud de primer nivel con un cuadro básico de servicio a la población aunque sea con un seguro financiado por el gobierno aun pagaría un mínimo la población. Acuérdese los proyectos de fuera siempre son por un tiempo pero si estos proyectos con financiamiento pasan por el gobierno organizado por la MSPP seria mas controlado. La neta quisiera participar en un congreso o algo sobre la reforma de salud y si seria uno de mis suenos mas queridos. YA BASTA QUE NOS ponen el timbre de país de ONG. Seria bueno echar una vista en el sistema de salud de Chile o de Barbados que son la verdad ejemplo a seguir en estrategias que ni USA o CANADA puede lograr. Como primer ministre se que este país puede tomar el rumbo que desde siempre tenia que tener. EL TIEMPO ES HOY EL CAMBIO DEPENDE DE TODOS.
    http://new.paho.org/ saludos sigue escribiéndonos.

Leave a Reply