Bilan de l’année 2013 en Haïti

Dans l’État moderne que l’administration Martelly / Lamothe s’acharne à édifier, il y a une chose qui me semble capitale : la reddition de comptes. Le Gouvernement se doit de rendre des comptes à la population et au monde entier, pour lui montrer le chemin parcouru jusque-là. C’est le mois de janvier et j’aimerais profiter de cette tribune pour faire un bref bilan des réalisations de notre gouvernement pour l’année 2013 et depuis que nous sommes en poste.

Parlons d’abord des camps de réfugiés. Depuis 2010, nous avons fermé plus de 11 200 sites et relocalisé plus de 1,3 millions de personnes. C’est là un grand tour de force. Nous travaillons sans cesse pour venir en aide à ceux et celles qui vivent encore dans les quelques camps restants.

Sur le plan de la sécurité, le bilan est très positif cette année. Pour une 3ième consécutive, le nombre d’enlèvements a diminué et a atteint son taux le plus bas depuis 2009. Même chose pour le nombre de meurtres, qui est en baisse continue depuis 2010.

Nous avons construit le local du CIMO et deux postes de sous-commissariat à Léogane. À travers une vaste campagne de sensibilisation, nous tentons de changer la culture du pays et invitons les gens à dénoncer les criminels, particulièrement ceux des gangs. Nous avons établi un plan contre le kidnapping et il porte déjà ses fruits. Nous avons réhabilité le bureau d’immigration de Belladères et construit la base maritime des Cayes. Toutes ses mesures et bien d’autres ont contribué aux bons résultats de 2013.

Le pays que nous construisons est aussi un pays plus juste et c’est pourquoi nous investissons dans la construction de cours de justice à travers tout le territoire. C’est donc huit (8) tribunaux de paix qui ont été construits, dont chacun abrite un Office de l’état civil et un bureau de l’Office national d’identification. Nous avons aussi réhabilité quatre (4) tribunaux de première instance, la cour d’appel de Cap-Haïtien ainsi que celle des Cayes.

Dans la Cité administrative, nous reconstruisons le Parlement et la cour de Cassation, de même que la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, en plus de cinq (5) bâtiments publics : la Villa d’accueil, le Centre de convention du BRH, le MCI et le CFI, le MICT et le MAE. Le cœur de Port-au-Prince est en plein changement.

Ailleurs dans le pays, nous bâtissons des centres administratifs et culturels aux Cayes, à Hinche et aux Gonaïves. Des centaines de projets communaux sont en branle, allant de la construction de bibliothèques, de centres de santé, de terrains de jeux, de gares routières et de places publiques, à la réfection de rues et d’écoles.

Le bouillonnement observé sur le terrain se traduit également en chiffres : Le PIB a connu une croissance de 4,3 % en septembre 2013 contre 2,9 % en septembre 2012. Concrètement, les exportations sont en hausse de 2 % et les investissements publics, de 8 %. Le taux d’inflation, lui, a baissé à 4,5 % pour la même période contre 6,5 % en 2012, une baisse de 2 % sur un an. Ce sont là les effets positifs de notre politique monétaire. Cela nous permet également d’améliorer l’offre de produits alimentaires locaux.

J’ai toujours pensé qu’Haïti se devait d’être autosuffisant en matière d’alimentation et c’est en ce sens que nous avons mis sur pied un plan agricole en cas d’urgence, de même qu’un plan de relance audacieux qui devrait nous permettre d’augmenter notre autosuffisance de 60 %, tout en doublant nos exportations et en nous permettant d’augmenter de 40 % le revenu per capita dans le milieu rural. L’agriculture a connu un boom en 2013, avec un taux de croissance de 4,6 % en 2013 contre -1,2 % en 2012.

Le secteur industriel a lui aussi été stimulé. 48 projets sont présentement en cours pour un total de 698 millions de dollars US engagés, dont 473 millions proviennent d’investisseurs nationaux. Et nous n’avons pas mis tous les œufs dans le même panier, sachant fort bien que la diversification est primordiale à notre essor économique. Tourisme, assemblage, énergie, infrastructures, équipement, exploitation des granulats… Notre stratégie est très diversifiée.

L’exploitation de nos ressources touristiques s’est poursuivie et a même accéléré en 2013, avec des investissements massifs à l’Île-à-Vache, Côte-de-Fer, Fort-Liberté, Jacmel, au Cap, à Milot et à la Citadelle, ainsi qu’au Môle-Saint-Nicolas. Ce sont là les destinations touristiques de demain.

Haïti, c’est la Perle des Antilles et c’est pourquoi nous avons poursuivi notre travail de protection du territoire et de l’environnement, d’abord à travers la sensibilisation, mais aussi par le renforcement de la surveillance. Nous avons également consolidé l’endiguement de 350 km de berges et procédé à des activités de boisement et de reboisement sur plus 20 000 hectares.

Nous avons réhabilité plusieurs quartiers populaires, dont Jalousie, en peinturant et crépissant plus de 3500 maisons. Nous y construisons également des ministades pour nos jeunes, nous revêtons les routes et bétonnons plus de 2500 mètres carrés de corridor.  Nous électrifions Mont-Hercule, Nérette, Morne Lazarre, Sainte-Marie et Bristout, pour ne nommer que ces quartiers où nous posons aussi des lampadaires, revêtons les routes et assainissons les installations.

Haïti est un véritable chantier! Nous entreprenons la construction de nombreux logements sociaux. Plus de 10 000 unités pour 2014! Notamment à Morne-à-Cabris, à Bowenfield et à l’Île-à-Vache. Sur tout le territoire haïtien, c’est plus de 700 km de routes qui ont été construites. Nous dressons des ponts à Mancel, Acul, Desmarais, Dolin et Carrefour, entre autres. Nous avons rénové l’aéroport de Port-au-Prince et en bâtissons d’autres au Cap-Haïtien, aux Cayes et à l’Île-à-Vache.

En éducation aussi, de nouveaux bâtiments apparaissent. Que ce soit les six (6) dortoirs et les trois (3) résidences de l’Université d’État d’Haïti Henry Christophe, ou bien les quatre (4) centres de formation professionnelle et technique au Cap, à Milot, à Trou-du-Nord et à Jérémie, l’État est là pour créer ces lieux où la jeunesse de demain se dotera des outils pour édifier notre Haïti chérie.

Le Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire rejoint pour sa part de plus en plus d’enfants. L’école gratuite était accessible pour 1 591 871 enfants en 2013, contre  1 212 580 enfants en 2012. Nous avons aussi permis à 133 000 adultes d’aller apprendre à lire et à écrire. L’administration Martelly / Lamothe fait de l’éducation une priorité et la bonne vingtaine de lycées en construction à travers le pays en témoigne elle aussi.

Dans notre bataille contre le choléra, nous avons construit 400 structures sanitaires et avons réduit de 51 % le nombre de cas. Plusieurs hôpitaux ont été réhabilités, notamment aux Gonaïves, à Bon Repos, Croix-des-Bouquets, Saint-Pierre-de-Corail et Saint-Michel.

Nous continuons notre effort de solidarité sociale et je suis fier du fait que le programme EDE PEP soit maintenant disponible à la grandeur du pays! Il y a maintenant 245 restaurants communautaires, avec plus 1 950 000 bénéficiaires par mois. Nous avons distribué 750 000 Paniers de solidarité. 100 000 mères ont été aidées par le programme TI MANMAN CHERI. Nous avons servi 1 200 000 repas chauds avec KANTIN MOBIL, subventionné 27 300 étudiants, aidé 2000 handicapés, sans parler des kits de semence et de pêche à plus de 64 000 travailleurs. Enfin, nous avons donné 210 000 Bons de solidarité, toujours dans le désir de venir en aide rapidement aux plus vulnérables de la société.

Sur le plan culturel, nous construisons trois (3) salles de spectacles ou théâtre dans Port-au-Prince et une belle bibliothèque à Léogane. Nous avons aussi tenu à préserver notre patrimoine en protégeant la Citadelle Laferrière, trésor historique des Caraïbes et de notre histoire. Des complexes sportifs sont aussi en chantier à Jacmel, Ouanaminthe, aux Gonaïves, aux Cayes, à Mirebalais et à Bristout.

Enfin, pour nourrir cet effort économique sans précédent dans l’histoire d’Haïti, nous avons augmenté la puissance de la centrale thermique de Saint-Marc et réhabilité la centrale de Carrefour, de même que construit une centrale électrique au Parc industriel de Caracol. Nous avons électrifié plusieurs communes, tels que Gros-Morne, Cerca Cavajal, Ennery et Maïssade. L’axe Bourdon – Canapé Vert est enfin éclairé, de même que la commune Saint-Louis-du-Sud.

Nous avons augmenté de 6,55 % nos clients actifs en électricité entre juin et octobre 2013 seulement, et nous avons réduit nos pertes d’énergie de 5 %. Nous regardons aussi du côté de l’énergie renouvelable et avons placé pas moins de 5000 lampadaires à panneau solaire dans le pays, sans parler des efforts effectués dans la commune de l’Arcahaie pour utiliser de la biomasse et du biodiesel.

La liste des accomplissements de l’administration Martelly / Lamothe en 2013 est très longue, et je n’ai pourtant dressé là qu’un portrait sommaire. Il reste tant à faire… Je répète souvent que nous faisons beaucoup avec peu, et je pense que le bilan de 2013 en constitue une autre preuve solide. Haïti progresse… Haïti avance… Haïti est ouvert aux affaires… Ce sont plus que des slogans. Ce sont désormais des réalités bien établies.